Re: Nature - Court-métrage

Posté par Bibi09 le 6/12/2021 18:35:17
Coucou !

Merci pour vos retours. Je vais prendre le temps de répondre et d'expliquer certains soucis que vous avez pu avoir avec cette maquette. J'espère que ça aura plus de sens, ou en tout cas que vous verrez mieux pourquoi j'ai zappé certains trucs.

Donc avant de rentrer dans les explications point par point, je voudrais préciser qu'à la base je voulais faire un storyboard en piquant quelques frames par ci, par là, plutôt que faire le rendu complet de l'animatique. Mais comme j'ai un peu de mal à évaluer la durée d'un plan avec uniquement des images fixes, j'ai préféré tout rendre.

- Saccades: pour ma vidéo c'est totalement volontaire (et je pense que pour Sprite Fright aussi). J'ai limité mon animation à 16FPS. L'animation finale sera probablement à 25 fps ou plus.

- "La gestion de la camera est superbe" : merci ! De mon coté je vois quelques défauts de plans qui s'enchaînent mal. De plus, le résultat final ne collera pas nécessairement à 100% à ces plans-là.

- Bruitages de pas : en effet, c'est du bruit ajouté au montage et non directement dans Blender. Je n'ai pas cherché à ce que ça soit parfaitement synchro mais donné une ébauche de l'ambiance sonore à ce moment-là.

- Boule dans le "A" : c'est la Lune (c'est elle qui projète les ombres)

- Animation de course : elle est faite à l'arrache, comme à la base ça devait être un storyboard. En général, je n'ai pas trop cherché à animer correctement les personnages. J'aurais dû passer un temps beaucoup plus long pour faire des mouvements plus naturels et avec des variations. De plus j'ai fait du nawak complet en terme d'organisation. Pour la version finale, je profiterai de la Pose Library de Blender 3.0 et du NLA.

- Indices manquants sur l'écologie : normal, j'ai fait le rendu dans le Workbench qui est très très limité en terme de rendu. En vrai, et comme expliqué dans la description de la vidéo, les murs des ruelles seront couverts de peintures animées (façon graffitis) représentant des animaux qui courent, des poissons dans une rivière qui nagent sous les pieds du gosse, des oiseaux dans le "ciel", etc.
Au-delà de ça, il y a énormément de symboles dans cette animation qui ne sont pas tous facilement trouvables. J'y reviendrai. ;)

- Le cerf a bien une animation immonde, on est d'accord !

- Le micro-reset est en effet bien là. Comme je l'ai expliqué plus haut, j'ai fait ça rapidement sans organisation des animations propre. Donc ça a merdouillé. Le but n'était vraiment pas d'avoir une anim léchée à ce stade du développement.

- Le modèle du corbeau n'est pas recherché (pas plus que le papillon). C'est un cube extrudé. C'est un corbeau pour une symbolique particulière.

- "La réaction après collision entre le papillon et le corbeau est trop lente" : dans la version finale, il se passera des choses au niveau du papillon lui-même mais je ne savais pas faire ça avec le Workbench ! Un éblouissement, le papillon ferme ses ailes. Quand il les rouvre, le papillon n'est plus bleu mais représente une "porte" vers un monde verdoyant où se trouvent les parents de l'enfant ainsi que des animaux. Il s'agit du paradis.

- Pour les parents, j'ai copier/coller le mesh animé du gamin, et n'arrivant pas à changer leur taille, j'ai laissé ainsi. Il sera bien plus petit que ses parents dans la version finale.




Coté symbolique, je peux oublier des choses parce que... je ne retrouve plus mon document où j'avais tout noté. J'ai eu de très gros soucis sur ma tour et j'ai dû reformater tous les disques durs. Je ne sais pas si j'avais fait des backups de ce fichier-là... Il y a beaucoup de symboles, de références à des mythologies sans pour autant vouloir les forcer. Le but est de laisser chacun interpréter le film à sa façon aussi. Je vous délivre ici ce à quoi je pensais quand je l'ai écrit.

Vous l'avez donc bien compris : il y a une opposition totale entre la Nature évoquée dans le titre du court, et ce qui est créé par l'Homme avec le contexte de la ville. Même la typo du titre (que j'ai faite à la mano, c'est pas une police téléchargée) est volontairement futuriste. D'une part, parce que ça se passe dans le futur. D'autre part, pour inscrire cette contradiction dans l'écran-titre lui-même.

- Le garçon représente les générations futures à la notre. Des générations héritières de ce qu'on aura détruit, d'où la ville désertique et le gamin seul dans ce décor post-apo.
- Ca n'apparait pas dans l'animatique car j'avais zappé, mais l'enfant a un vieil ourson blanc en peluche dans sa main, ourson avec une cravate nouée au niveau des yeux. L'ourson est évidemment une référence aux ours polaires qui sont un des symboles actuels majeurs de la crise écologique (réchauffement climatique et extinction des espèces). La cravate nouée est une forme de critique envers les dirigeants politiques qui sont totalement incapables de prendre les mesures nécessaires pour résoudre ces problèmes écologiques, et qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez sur ce qui nous attend (même économiquement parlant puisque c'est le seul langage qu'ils comprennent).
- Sur le 3eme plan, on voit une vue éloignée de l'enfant cadré sur la droite. Pour nous qui lisons de gauche à droite, la droite représente donc la fin d'une ligne. Ici ce plan représente la fin du dernier être vivant qu'on connaisse dans ce court-métrage.
- La Lune, qui est dans la direction vers laquelle l'enfant marche symbolise énormément de choses. Premièrement, la Lune est fortement liée à la nuit qui est, elle, un symbole de l'inconnu et des morts. Ensuite, la Lune représente la fécondité et donc un aspect maternel. L'enfant perdu pourrait vouloir retrouver sa mère ? Ici, la pleine Lune pourrait fonctionner comme un phare pour guider l'enfant.
- En effet, l'enfant se dirigeait sans but précis mais pourtant, il trouve le fameux papillon. La papillon est un graffiti peint sur un mur. Un morpho pour être exact, donc un papillon bleu. Au Japon, le papillon est l'incarnation des âmes des défunts. Plus précisément, la transformation et la renaissance de l'âme. Dans l'idée, je voudrais que ce papillon représente l'âme des parents de l'enfant, qui le guident vers le paradis donc (car l'enfant est en réalité une âme perdue, ce qui est la révélation finale du film). Toujours au Japon, le bleu (et le vert) sont les couleurs qui représentent la Nature.
- L'enfant trébuche sur un arbuste mort. Cela représente l'éventuelle chute de notre civilisation à cause des bouleversements écologiques, suite à notre pollution incontrôlée. En effet, nous nous sommes fortement extraits de la Nature grâce à la technologie mais elle reste absolument indispensable à notre survie. Si nous la détruisons, pourrons-nous survivre et comment ?
- Au moment de la chute (oubli là encore dans l'animatique), l'enfant laisse tomber son ourson et celui-ci roule dans une poubelle. Les dirigeants du monde entier ont totalement échoué leur mission primaire : protéger leur population.
- L'enfant s'effondre et pleure. Ca ne vous rappelle pas la fin de la COP26 ?
- Comme l'enfant est de nouveau seul et perdu, un cerf blanc apparaît. Dans la mythologie irlandaise, le cerf était vu comme un être magique pouvant servir de guide vers l'Autre Monde et pouvant changer de traits pour apparaître comme une très jolie femme (la mère de l'enfant ?).
- Corbeau dans ma mythologie amérindienne a volé le Soleil à Aile-Gris et l'a accroché dans le ciel pour inonder le monde de lumière. Dans la mythologie nordique, Munin est un des corbeaux d'Odin qui représente la mémoire. Ici, la mémoire de toutes les âmes qui ont quitté la Terre pour le paradis.
- L'enfant rejoint ses parents : on comprend donc qu'il n'était déjà plus vivant au début du film...

Pour en revenir au contraste titre/contexte du film, on peut donc faire la même opposition avec les notions de vie et de mort dont il est ici question.

Le thème n'est pas forcément très gai et joyeux. Ca tranche avec ce que j'ai l'habitude de produire, en plus des aspects critiques voire politiques. Cependant, l'écologie est un sujet qui me tient à coeur et j'avais envie de communiquer à ce sujet avec toute la gravité que cela devrait imposer.


Quelques références pour les mythes :
https://www.luminessens.org/post/le-cerf-suite
https://www.mikatani.com/boutique/animaux-culture-japon
https://www.lejapondedominiquebuisson.fr/?portfolio_1349969562=le-bleu-couleur-du-japon
https://mythologica.fr/amerindien/corbeau.htm


Cette contribution était de : http://blenderclan.tuxfamily.org/html/newbb/viewtopic.php?forum=5&topic_id=50688&post_id=590734